8 décembre 2009

Collège lycées contenus

Conseil Supérieur de l’Education Jeudi 10 décembre : journée nationale d’action

 
Réforme des lycées, pouvoir des chefs d’établissements

 

Réunissons-nous dans les lycées, pour informer les collègues, rencontrons les parents, les lycéens, la presse pour informer et mobiliser.

Télécharger des tracts et documents pour animer une réunion

Le SNES Clermont organise une réunion des secrétaires de S1 le jeudi 10 décembre à 18h dans ses locaux. Il appelle chaque établissement à envoyer un représentant à cette réunion.

En pj une motion à lire en conseils de classe, en réunions parents-profs, en CA.

Luc Chatel a fait le choix de maintenir la réforme prévue pour les Eple (qui concerne les collèges comme les lycées) et celle des voies générale et technologique du lycée, d’ignorer le refus de ces réformes, exprimé par l’intersyndicale du 2nd degré qui représente plus de 80% des enseignants en lycée.

Face à une décision aussi lourde de conséquences, le SNES appelle la profession à se mobiliser pour se faire entendre notamment lors de la journée nationale d’action du 10 décembre, date de la réunion du Conseil supérieur de l’Education où cette réforme sera présentée.

Il dépose à cet effet un préavis de grève et appelle les personnels à se saisir de cette journée d’action dans le cadre de décisions prises collectivement. Il appelle les S1 à prendre ce jour là l’heure d’information syndicale et à organiser dans tous les établissements l’expression massive de la profession (envoi de motions, de pétitions …), à multiplier les débats, les rencontres avec les parents et les lycéens, les expressions publiques … afin de donner à la journée tout le retentissement nécessaire.

 

Les projets de textes modifiant la gouvernance des établissements, la volonté d’imposer la mise en place d’un conseil pédagogique sous la coupe du chef d’établissement remettent en cause notre métier et les missions du Service Public d’Education. Ils doivent alerter l’ensemble des collègues et mobiliser toute la profession face à des tentatives d’encadrement et de déréglementation qui accroissent les inégalités entre établissements.

En outre, les propositions du ministre sur la revalorisation indispensable de nos métiers n’ont pas évolué et restent totalement inacceptables.

Le Snes entend amplifier ces mobilisations dès la rentrée de janvier, avec de nouveaux rendez-vous nationaux et une grande manifestation nationale à Paris dans la deuxième quinzaine de janvier, qu’il proposera à la Fsu. Le prochain Bureau national du Snes étudiera les modalités d’action possibles (grèves notamment) en janvier avant la manifestation nationale.

La gravité des attaques contre le service public d’éducation nécessite une riposte d’ampleur de toute la profession.

Dans l’immédiat, il appelle les S1 et tous les syndiqués à diffuser largement les informations et analyses, à rencontrer les parents et les lycéens, à mobiliser largement la profession.