17 novembre 2020

Entrée dans le métier

Réforme des enseignants en 2022 : un projet inquiétant

Réforme des enseignants en 2022 : un projet inquiétant

Réuni au ministère le 5 novembre dernier, un groupe de travail chargé de fixer les modalités du stage après la réforme du concours des enseignants a fait le point sur les modifications à attendre. Lors de cette réunion, le SNES-FSU a insisté sur la nécessité de clarifications, à la fois sur le volume horaire du stage mais également sur la notion de « formation adaptée », qui devraient dès 2022, concerner une part importante des stagiaires.

Le projet de réforme des concours tel que l’a voulu Jean-Michel Blanquer avait deux objectifs affichés : attirer davantage d’étudiants vers le métier d’enseignant et améliorer la formation.

Or, les dispositifs mis en place comme les AED-préprofessionnalisation lancés en 2019 et le projet de Master MEEF-alternant prévu pour les candidats des concours 2022 ont des écueils majeurs que dénonce SNES-FSU : surcharger les étudiants AED-prépro et alternants en cours de formation, démultiplier les ruptures d’égalité d’une académie à l’autre et selon le parcours du candidat, et enfin décharger complètement l’employeur Éducation Nationale du financement de la formation, celle-ci n’ayant plus lieu pendant l’année de stage (avec traitement de fonctionnaire) mais dans le cadre de la formation universitaire pré-concours autofinancée par les étudiants par leur propre travail de contractuel, inclus dans le cursus. Cette « réforme » organise donc un terrible retour à la situation née de la réforme de 2010, qui avait sacrifié l’entrée progressive dans le métier de tous les stagiaires, elle y ajoute, pour la voie MEEF, un passage quasi systématique par la case précarité, l’institutionnalisation d’un vivier de précaires obligés permettant au passage de baisser les postes aux concours.

Lire article complet ici