9 février 2018

Carrières métiers catégories

Classe exceptionnelle des agrégés : compte-rendu de la CAPA et analyses

La CAPA traitant de la Classe exceptionnelle des agrégés s’est tenue mercredi 7 février. Compte tenu de sa représentativité, le SNES était la seule organisation syndicale pouvant siéger. Nous vous invitons à lire attentivement la déclaration des élus SNES-SNEP-SNESUP.

Les commissaires paritaires ont fait en sorte d’apporter des améliorations au projet de l’administration, particulièrement en proposant la promotion des collègues les plus proches de la retraite. En effet, il convient d’organiser la « rotation » des promotions de façon à ce que les futurs départs en retraite permettent de nouvelles promotions. De ce point de vue, les conditions d’accès à la classe exceptionnelle par la voie n°1 (« vivier n°1 » : conditions d’exercice, degré d’enseignement, missions…) sont inadaptées à la structure de carrière des collègues.

Pour ce qui est du vivier 1, tous les collègues qui ont un avis « excellent » ou « très satisfaisant » seront proposés à la CAPN.
Pour ce qui est du « vivier 2 », dont le pourcentage de promouvables est trop restreint (20%), grâce à l’intervention des élus, plusieurs avis « satisfaisant » ont été transformés en avis « très satisfaisant ».

Le SNES ne se satisfait pas de cette situation. Il exige que soient revues les modalités d’accès à la classe exceptionnelle et agit pour que l’accès à la classe exceptionnelle devienne un débouché de carrière pour tous.

DE NOUVEAUX COMBATS À MENER, DES MODALITÉS À REVOIR, UN ACCÈS À ÉLARGIR

La classe exceptionnelle, en ouvrant nos grilles de rémunérations vers des indices inatteignables jusqu’ici (hors-échelle A pour les professeurs certifiés, CPE et Psy-EN ; hors-échelle B pour les professeurs agrégés), répond à un besoin de revalorisation lié à l’allongement des carrières, combiné à l’absence d’évolution significative de nos rémunérations indiciaires. Dans chacun des corps, plus de 25% des collègues sont désormais à la hors-classe. Or, certains plafonnent au dernier échelon, sans plus avoir de perspective d’évolution. Dans un tel contexte, le SNES-FSU ne pouvait que saluer la création d’un nouveau débouché de carrière, indispensable. Cependant, le SNES-FSU revendique des volumes de promotions supérieurs et dénonce des modalités qui, à bien des égards, font obstacle à l’entrée dans ce grade :

• Les conditions d’accès sont trop restrictives. Assortir les conditions d’ancienneté de service de conditions fonctionnelles, pour 80% de ceux qui accéderont finalement à la classe exceptionnelle, risque d’entraîner la sous-représentation de certaines disciplines et la mise à l’écart de certaines catégories de collègues, dont le parcours de carrière n’entre pas dans les critères fixés par le Ministère.

• Ces conditions posent également des problèmes techniques, que le Ministère reconnaît, en imposant aux collègues du premier vivier de faire acte de candidature : impossible pour l’administration elle-même d’identifier le vivier concerné par les huit années d’exercice dans des conditions difficiles ou sur des fonctions particulières. Ce n’est bien entendu pas sans incidence sur l’égalité de traitement.

• Le fait même de devoir faire acte de candidature est par essence dissuasif pour beaucoup de collègues. Cette démarche est souvent perçue comme une forme d’auto-promotion. Il ne s’agit en réalité que de rappeler à l’administration quelles ont été les affectations ouvrant accès à ce troisième grade. Dans l’attente d’autres conditions d’accès, nous invitons donc chacun des collègues éligibles à la classe exceptionnelle à se saisir sans hésiter de cette possibilité de voir sa fin de carrière et sa pension revalorisée.

• L’application permettant de faire acte de candidature a, dès la première période de candidature, montré ses limites : certains obstacles techniques majeurs n’ont pas été anticipés par l’administration et ont pu en faire renoncer certains. Aucune solution satisfaisante n’a été proposée malgré nos interventions. La période de candidature a seulement été allongée, et les collègues invités à effectuer leurs démarches pendant les fêtes de fin d’année,sans être assurés du bon fonctionnement de l’application. Pour vous assurer de la prise en compte de votre candidature, il est indispensable de nous adresser votre fiche syndicale et la copie de votre dossier !

• L’avis Recteur est largement prépondérant dans le barème national (l’avis Excellent permet d’obtenir 140 pts , quand l’ancienneté en hors-classe permet au maximum d’en obtenir 48 pts). Ce barème est loin de garantir un accès à la classe exceptionnelle ouvert au plus grande nombre. Il serait faux cependant de penser dès à présent que tout est joué et que la classe exceptionnelle sera réservée à quelques-uns.

L’action du SNES-FSU en CAP sera déterminante. Sur le modèle de ce qui a été obtenu pour la hors-classe, effectivement devenue un débouché de carrière de masse, le SNES-FSU entend bien, en obtenant la promotion des collègues les plus avancés dans la carrière, faire accéder le plus grand nombre à la classe exceptionnelle avant le départ en retraite.