15 décembre 2020

Collèges / lycées contenus

Bilan des spécialités dans les lycées de l’académie de Clermont

Bilan des spécialités dans les lycées de l'académie de Clermont

Le SNES-FSU avait demandé aux services du rectorat un bilan des spécialités dans les lycées généraux et technologiques de l’académie de Clermont au CTA du mois de novembre, dans le cadre de la réforme du lycée. Ce bilan est enfin paru et confirme nos inquiétudes et les analyses que nous faisions :

En premier lieu, la tendance est à prendre des spécialités correspondant le plus aux anciennes filières à la rentrée 2019 : 70,9% des élèves de 1re ont choisi la spécialité maths, suivie de physique–chimie pour 47,7% des élèves et de SVT pour 46,6%.
Viennent ensuite SES pour 36,5% des élèves, Histoire-géo (HGGSP) pour 35,2%, langues littérature et culture étrangère (LLCE et AMC) pour 24,1% et humanités littératures et philosophie (HLPHI) pour 18,7%.
Les filières S et ES sont largement reconstituées par les choix de spécialités et de leurs combinaisons. La combinaison maths-phys/chimie-SVT est la combinaison la plus choisie par les élèves avec 26,2% pour cette rentrée !

La combinaison de première la plus choisie (maths-phys/chimie-SVT) le serait moins à la rentrée 2020, cela préfigure-t-il une évolution du choix de spécialités pour les années à venir, moins lié à la structuration en filières ? Il est donc d’autant plus important de maintenir toutes les spécialités dans les établissements pour garantir la liberté de choix si tel était le cas. Les 11 triplettes les plus choisies concernent 68% des élèves et ne permettent pas de conclure à une plus grande diversité dans les choix des élèves.

Les sciences de l’ingénieur (SI pour 5,5%) en concurrence avec la spécialité numérique et sciences informatiques (NSI pour 6,6%), fragilise la spécialité SI, sans pour autant assurer la pérennité de cette nouvelle discipline qui a nécessité un gros investissement des enseignants ayant choisi de l’enseigner.

L’avenir des spécialités dites « à faible flux » est clairement menacé, certaines spécialités regroupant très peu d’élèves en première, sur plusieurs établissements avec un taux d’abandon assez élevé. Pour respecter une diversité et une liberté de choix (un des objectifs officiel de la réforme), il est indispensable de maintenir ces spécialités dans notre académie. Le SNES-FSU y veillera lors du CTA de janvier sur les structures d’établissement.

Le maintien en terminale à la rentrée 2020 des anciennes filières S (maths-phys/chimie et phys/chimie-SVT) et ES (HGGSP-SES) par le biais des spécialités confirme les choix de première de l’année précédente. Les dix doublettes les plus choisies concernent 80% des élèves, la diversification annoncée est donc très limitée !

Les conclusions du SNES-FSU sur le choix des spécialités s’appliquent tout à fait à notre académie : lire la conclusion de l’article en page 9