25 juin 2015

Collège lycées contenus

Pondération REP+ : modalités et conséquences en cas de temps partiel

Le dispositif REP et REP+ entrera en vigueur à la rentrée 2015.
 
Outre la revalorisation des primes pour les enseignants de ces établissements, la nouveauté sera la mise en place d’une pondération dans les établissements les plus difficiles de l’éducation prioritaire (REP+).
 
En effet, le nouveau décret du 23 août 2014 met en place une pondération de 1,1 pour chaque heure d’enseignement. La lourdeur de la charge de travail est ainsi reconnue par cette pondération qui porte à 16,5 h le maximum de service d’un certifié et à 13,6 celui d’un agrégé.
 
Cette pondération constitue une diminution du maximum de service permettant de libérer du temps pour favoriser le travail en équipe, le suivi des élèves, les relations avec les parents,… « sans avoir vocation à se traduire par une comptabilisation » précise la circulaire ministérielle. Si certains chefs d’établissement, au mépris des textes, tentent d’imposer des réunions et des tâches supplémentaires aux enseignants, il est clair que la pondération ne crée aucune contrepartie.
 
L’organisation du temps dégagé par la pondération doit bien rester à l’initiative des personnels. Si un temps commun peut être libéré sur l’emploi du temps des enseignants, il ne doit pas faire l’objet de nouvelles obligations dictées par les hiérarchies.
 
Le SNES-FSU sera aux côtés des enseignants pour faire respecter leurs droits et s’opposer à toute tentative managériale. Comme nous l’avons constaté dans les établissements préfigurateurs, sans le combat syndical, sans l’intervention collective, que de tentatives d’encadrer les enseignants, d’alourdir encore le temps et la charge de travail !
 
Le SNES-FSU Clermont a élaboré un tract sur cette pondération et sur ses conséquences en cas de temps partiel.
 
N’hésitez pas à nous contacter en cas de problème.