Pour lutter contre la mise en place des nouvelles modalités de stage des futurs lauréats des concours, le SNES appelle l’ensemble des personnels à annoncer collectivement qu’ils refusent d’être tuteur.

La mission de conseiller pédagogique tuteur fait partie des tâches supplémentaires que les enseignants ou les CPE peuvent demander à effectuer sur la base du volontariat.

Aucun texte réglementaire ne permet à un chef d’établissement ou à un recteur d’imposer à un enseignant ou CPE d’être tuteur. Cela ne fait pas non plus partie des missions définies dans la circulaire de 97.

Les pressions « amicales » sur les personnels ont toujours existé pour que des enseignants ou CPE acceptent cette tâche complexe qui nécessite une formation. On peut s’attendre à ce que ces pressions se renforcent pour imposer une mission qui va perdre tout son sens dans la configuration de la formation envisagée par le ministre. C’est donc en construisant un rapport de force que le SNES entend imposer d’autres choix pour la formation des maîtres.

 

Cette construction passe par le refus collectif d’être conseiller pédagogique à la rentrée si les conditions de formation de sont pas profondément revues. Pour ce faire, il existe sur le site (www.snes.edu) des exemples de lettres à faire parvenir aux recteurs et aux IPR, pour que les équipes pédagogiques annoncent leur refus de participer à ce qui s’apparente à la destruction de la formation des maîtres.