9 septembre 2014

Entrée dans le métier

Reclassement des anciens contractuels : une victoire du SNES-FSU !

Les anciens stagiaires ont 6 mois à compter du 4 septembre pour demander une révision de leur dossier.
 
Depuis 1951, une clause butoir empêchait la prise en compte des services de contractuels réellement accomplis avant la réussite au concours (sous le prétexte que la rémunération comme stagiaire était meilleure que la situation de contractuel). La plupart du temps, ils obtenaient un reclassement à ... l’échelon 3. Soit une année prise en compte !
 
Après des années d’intervention et la dégradation de la situation des ex-contractuels en lien avec la revalorisation des stagiaires antérieurs aux concours rénovés (rémunérés jusqu’à la rentrée 2013 directement à l’échelon 3), le SNES-FSU a enfin obtenu que ce verrou saute ! Ce qui est une victoire importante.
 
Le décret du 4 septembre 2014 prévoit en effet :
 
- Les services accomplis dans des fonctions du niveau de la catégorie A sont retenus à raison de la moitié de leur durée jusqu’à douze ans et à raison des trois quarts au-delà de douze ans (...) Mais il n’est pas tenu compte des services lorsque l’interruption qui sépare leur cessation de la nomination dans le nouveau corps est supérieure à un an.
 
- Le décret ouvre également la possibilité aux agents ayant été classés sous l’empire des anciennes règles de demander à bénéficier des nouvelles, mais sans que soient comptabilisés les services accomplis dans leur corps depuis leur nomination. La demande doit être présentée dans un délai de six mois à compter de la date de publication du présent décret. L’administration leur communique une proposition de nouveau classement. Ils disposent alors d’un délai de deux mois pour faire connaître leur décision. Le nouveau classement prend effet au 1er septembre 2014 par effet rétroactif.
 
En cas de problème, contactez-nous !
 
Vous êtes stagiaire en collège ou lycée ? Syndiquez-vous au syndicat majoritaire du 2nd degré, qui œuvre inlassablement pour défendre les intérêts individuels et collectifs des personnels. Le coût réel de l’adhésion après crédit d’impôt = 38 euros