9 septembre 2015

Entrée dans le métier

Néo-titulaire, ai-je droit à la prime d’entrée dans le métier ?

Pour bien comprendre qui peut bénéficier de cette prime, il faut remonter aux âpres négociations syndicales menées pour obtenir la fin de la clause du butoir qui minorait de manière inacceptable les services antérieurs pris en compte dans le calcul de l’ancienneté de nombreux contractuels devenus titulaires.
 
Le décret n° 2014-1006 du 4 septembre 2014 supprime enfin cette clause mais, malgré nos protestations, la contrepartie est instituée dans ce second décret du 4 septembre et consiste à supprimer la prime d’entrée dans le métier (de 1 500€) pour tous les stagiaires des concours ayant exercé au moins trois mois comme non titulaires des fonctions d’enseignement, d’éducation ou d’orientation, avant leur nomination en qualité de stagiaire. Les services d’AED ne sont pas concernés.

La suppression de la clause du butoir obtenue syndicalement permet effectivement un reclassement plus avantageux pour une majorité d’ex-contractuels que l’ancienne méthode et le versement de la prime d’entrée dans le métier. Seuls les ex-contractuels recrutés sur une durée inférieure à un an à un indice inférieur à celui du 1er échelon (349), obtiennent un gain financier moins intéressant. Le SNES-FSU continue donc à se battre pour que toutes les situations soient favorables.
 
En revanche, les néo-titulaires lauréats des concours exceptionnels échappent au décret du 4 septembre (fort heureusement étant données les conditions inacceptables de leur entrée dans le métier) et perçoivent donc cette prime, car le décret s’applique pour les sessions à compter du 10 septembre 2013.
 
Et cette prime est donc bien maintenue pour tous les lauréats, quels que soient les concours, qui n’auraient aucune expérience ou moins de trois mois. Elle sera versée en deux temps : 750 euros au 1er Novembre et 750 euros au 1er février.