Le gouvernement a accordé une décharge de 3 h aux enseignants, 6 h aux CPE stagiaires sans "forte expérience" permettant de libérer une journée de formation dans la semaine. Cette décharge n’a cependant que peu amélioré la situation, d’autant plus que certains d’entre vous doivent en sus obtenir le CLES et/ou le C2i2e.
Le SNES académique a déjà organisé une enquête académique et est intervenu auprès du recteur pour améliorer vos conditions de stage.
 
Le SNES national vous propose de remplir massivement l’enquête en ligne que vous trouverez ici : http://www.snes.edu/Enquete-stagiaires-2012-2013.html. Elle permettra de dénoncer votre situation au niveau du ministère et de faire pression afin de trouver des solutions pour les stagiaires ne possédant pas le CLES et/ou le C2i2e, d’obtenir une décharge pour l’année prochaine lorsque vous serez néo-titulaire et d’augmenter celle des stagiaires l’an prochain.
 
 
CLES : Une première avancée qui ne règle pas tout. Poursuivons l’action !
 
 
 
Il acte que des UE de langues obtenues avec plus de 10/20 en master ou dans un autre diplôme de l’enseignement supérieur sanctionnant un cycle d’étude d’au moins 2 ans donnent équivalence du CLES (CPGE, licence...)
 
Le SNES, le SNUEP et le SNEP FSU n’ont cessé de dénoncer cette nouvelle obligation de certification imposée aux candidats aux concours. Nous avions obtenu que les lauréats des concours 2010 et 2011 ne soient pas concernés par cette mesure et que cette exigence ne le soit qu’à la titularisation au lieu de la stagiarisation pour ceux de 2012. Nous venons d’obtenir un élargissement des exemptions. Mais beaucoup de lauréats au Capes, Capeps, Caplp 2012 devront durant cette année passer ce Cles au détriment du temps consacré à la préparation de leurs cours, de la formation.
 
Le ministère ne dit pas ce que deviendront les lauréats des concours qui n’auraient pas le CLES. Ils ne seront pas titularisés mais seront-ils licenciés, redoublants, en prolongation de stage…

Ce serait un paradoxe dans une période où le ministère veut augmenter les recrutements que des collègues de maths, de SVT, d’EPS, PLP ne soient pas titularisés à cause de leur méconnaissance d’une langue étrangère qui comme tout le monde sait est au cœur de leur enseignement.
 
Le SNES-FSU continue de demander l’abrogation de ces exigences pour les stagiaires de cette année et des années suivantes.