27 novembre 2014

Collège lycées contenus

Carte des REP et REp+ : Peu de réponses du Rectorat

Le CTA s’est tenu le vendredi et a abordé le sujet de la carte des REP et REP + dans notre académie

Extrait de la déclaration FSU au CTA sur l’Education Prioritaire
 
Le classement présenté par le Rectorat est issu d’une « analyse en composantes principales (ACP) », ce qui signifie, selon le statisticien, que les donnés ne sont pas pondérées. Le SNES est intervenu pour montrer que ce classement n’était pas forcément le meilleur, ni très fiable, particulièrement pour les REP :
- les données n’ont pas toutes été collectées la même année, certaines datent de 2013, d’autres de 2009 (revenu fiscal médian), soit au début de la crise économique…
- Il n’y a aucune prise en compte de la ruralité et le SNES a demandé la prise en compte de ce paramètre par le biais d’un indicateur. On constate en effet que les 8 « premiers » collèges sont en ZUS, ce qui exclu de fait beaucoup de collèges ruraux.
- Le collège de Saugues dans la Haute-Loire est classé dixième avec un effectif de 79 élèves. Quelle peut être la fiabilité d’un classement qui ne prend pas en compte les effectifs lorsqu’ils sont très faibles ?
Il n’y a eu aucun débat sur les choix de critères, qui nous sont donc imposés ; ni sur le nombre de REP et REP+, dont le nombre global diminue de 2, sans compter un REP d’écoles primaires sans collège de rattachement, dans l’Allier.
 
 
Compte rendu de l’intervention du Recteur
 
Le classement des établissements ne sera pas forcément respecté pour l’attribution des moyens REP et REP+.
Pour le SNES, il est fort probable que les 5 « premiers » collèges seront REP+ (4 sur les 5 étaient déjà classés ECLAIR). Il est par ailleurs curieux de faire un classement dont on ne retient que certaines parties.
 
L’IA-DASEN du Puy de Dôme souhaite mettre en cohérence la carte REP et REP+ avec les nouveaux « Quartiers Politiques de la Ville » et concentrer les moyens sur ces zones.
Pourquoi ne pas avoir intégré cet indicateur dans le classement ? L’IA-DASEN de l’Allier n’était pas présent au CTA, ce qui est regrettable dans la mesure où le SNES aurait souhaité connaître sa position sur ce classement et les indicateurs.
 
Il y aura un groupe de travail dans les départements de l’Allier et un dans le département du Puy de Dôme, pilotés par les IA-DASEN, avec les représentants des Organisations syndicales.
Cela sous entend que le collège de Saugues(43) ne serait pas retenu. Nous avons demandé qu’ils se tiennent très rapidement (le 10 décembre dans l’Allier, aucune date pour le Puy de Dôme), l’inquiétude des personnels des établissements potentiellement sortants grandissant. Nous ne connaissons pas à l’heure actuelle la répartition des REP et REP+ entre ces deux départements. Y aura-t-il un débat ou les IA-DASEN se contenteront-ils de nous présenter leurs choix ?
 
A l’issue de ces réunions, le rectorat doit renvoyer (courant janvier) au ministère de l’Education Nationale ses propositions argumentées pour les REP+ et REP.
Au final, c’est le ministère qui tranchera, même s’il est probable qu’il ne déjugera pas le Recteur.
 
Le Recteur a aussi évoqué une « allocation progressive des moyens », pour les collèges qui ne seraient pas REP ou REP+ et qui étaient déjà « accompagnés » du fait de leurs caractéristiques particulières (par exemple, la scolarisation des enfants du voyage).
Même si l’idée de progressivité est intéressante, sur quelles bases se feront ces attributions, quelle durée, au final ces attributions se feront-elles dans la transparence ?
 
Pour les établissements qui sortiraient, le recteur garantit le maintien des moyens pendant 3 ans, à effectifs constants, par le biais d’une convention bipartite (Rectorat-établissement).
S’agit-il seulement des moyens humains ou les primes seront-elles maintenues ? Que se passera-t-il dans 3 ans pour ces collèges ?
 
En conclusion, ce CTA n’a ni permis le débat, ni défini des méthodes de choix et n’a répondu à aucune des questions concernant les conséquences du choix des établissements. Malgré les questions de la FSU, le sujet des lycées qui seraient susceptibles d’entrer dans l’Education Prioritaire n’a pas été abordé ni celui des écoles primaires qui pourraient intégrer un REP sans collège de rattachement.