15 décembre 2015

Collège lycées contenus

Carte des langues : compte-rendu du CTA

Le Comité Technique Académique du 14 décembre 2015 a été informé par Mme le Recteur des modifications envisagées pour la carte des langues, en lien avec la réforme du collège.
 
Toutes les sections européennes sont désormais supprimées, sans solution de continuité pour les élèves qui en suivent actuellement les cours, ce qui, pour le SNES-FSU, est injustifié et méprisant pour les élèves qui s’y sont engagés et les enseignants qui s’y sont beaucoup investis.
 
La plupart des classes bilangues, très majoritairement anglais-allemand, sont maintenues, ce dont nous nous réjouissons même si nous aurions souhaité que des efforts supplémentaires soient faits concernant l’italien, l’espagnol et le russe. De plus, nous déplorons que la fermeture de certaines bilangues ne soit pas justifiée, d’autant moins quand elles répondent aux critères retenus par le rectorat : éducation prioritaire, projet sur le cycle 3, équité entre les territoires, équité public-privé, effectifs, professeurs disponibles.
 
Madame le Recteur a annoncé que les enseignants dont le service serait incomplet pourraient, sur la base du volontariat, être amenés à le compléter dans le premier degré pour assurer l’avenir des bilangues de continuité.
 
Vous trouverez ci-dessous l’état de la nouvelle carte des LVER* par département et par bassin pour la rentrée 2016. M. le Secrétaire Général nous a précisé qu’elle n’était pas encore définitive, que des ajustements pouvaient encore avoir lieu. C’est la raison pour laquelle nous vous invitons à prendre contact avec nous si vous constatez des problèmes ou si vous vous interrogez sur cette carte.
 
 
Le SNES-FSU, au sein de l’intersyndicale, rappelle son opposition à cette réforme du collège qu’il juge néfaste tant pour les élèves que pour les personnels, dont certains verront leur poste supprimé purement et simplement, d’autres leur service partagé sur deux, trois établissements, voire plus.
 
Le SNES-FSU continue de demander son abrogation ainsi que l’ouverture de discussions pour une autre réforme, réellement ambitieuse, en particulier dans le renforcement des Langues Vivantes Etrangères et Régionales, afin de garantir une offre diversifiée à tous les élèves.