12 juillet 2007

Mutations

Analyse du résultat des mutations INTRA 2007 pour Clermont

Parmi les collègues qui demandaient une mutation on comptait des titulaires sur poste fixe, des TZR, des stagiaires IUFM, des stagiaires en situation, certains ayant pu entrer dans notre académie à l’issue de la phase inter.

Exemples de lecture du tableau :
- En lettres modernes, sur 164 demandeurs, 77 ont obtenu une mutation (47 %), soit un peu moins de un sur deux. 87 d’entre eux (53 %) n’ont pas obtenu satisfaction et resteront cette année, soit sur leur poste en établissement, soit sur leur zone de remplacement. Sur ces 77 mutés, 38 le sont sur un des 5 premiers vœux qu’ils avaient formulés, soit, là encore, près de un sur deux.
- En allemand, seulement 15 collègues sur 37 ont obtenu une nouvelle affectation (40,5 %) et près de 60 % d’entre eux (presque deux sur trois) n’ont pu être satisfaits. S’il est vrai que 11 mutés sur 15 ont été affectés sur un de leurs 5 premiers vœux, ce qui peut sembler satisfaisant, il faut toutefois rappeler que le mouvement d’allemand est extrêmement réduit.
- Les autres disciplines qui obtiennent des résultats peu satisfaisants sont la philo, l’espagnol, l’histoire-géo, les SES, la SVT et bien sûr certaines disciplines technologiques puisque beaucoup de postes ont été supprimés ces dernières années.
- Les mouvements de documentation et d’éducation musicale sont ceux qui ont permis d’affecter le plus de personnes, même si tout est relatif.

Conclusion :
- Même si l’on peut pointer des disparités entre les disciplines, d’une façon générale, on peut remarquer qu’il y a beaucoup de demandes de mutation mais peu de résultats favorables. Ceci est en grande partie dû aux suppressions de postes de ces dernières années. L’équation est très simple : moins de postes à pourvoir = moins de possibilités de muter. Le projet gouvernemental de ne remplacer qu’un fonctionnaire sur deux partant en retraite va freiner encore plus le mouvement.
- Malgré l’abrogation du décret Robien, le ministère a refusé de restituer les postes supprimés des collègues en mesure de carte scolaire, préférant redistribuer l’équivalent en Heures Supplémentaires Années aux établissements. La restitution des postes aurait pu changer le mouvement et ainsi permettre d’affecter d’autres collègues.
- Dans le même temps, les postes à compléments de service se multiplient et aggravent les conditions de travail.

Article du bulletin 136 du 5 juillet 2007