12 octobre 2007

Carrières métiers catégories

TZR et enseignements technologiques en lycée

Certains collègues TZR en enseignement technologique ont reçu un courrier leur proposant de rencontrer la DRH du rectorat pour évoquer leur avenir professionnel et éventuellement une reconversion.

Nous avons demandé début septembre une audience au Recteur sur l’état de la réforme STI et des conséquences pour les enseignants des disciplines technologiques. Le secrétaire général du Recteur nous a affirmé que « la réforme STI était reportée au minimum à la rentrée 2009 ».

Il est probable qu’elle sera enterrée dans la réforme générale des Lycées. On peut de toute façon craindre que les horaires des disciplines STI soient drastiquement diminués !

Dans certaines disciplines STI, le nombre de TZR représente entre 20 et 30% du nombre total de collègues de la discipline, alors que les études sur les remplacements montrent que le % nécessaire pour assurer correctement les remplacements se situe entre 5 et 8%.

La pyramide des âges laisse aussi penser qu’il faudra de très nombreuses années dans certaines disciplines pour obtenir un poste fixe.

Lors de cette audience, nous avions également à l’esprit ce qui s’est passé à cette rentrée à Grenoble où des collègues, TZR en disciplines technologiques, ont été affectés autoritairement dans des classes de collège en math ou technologie avec une formation a posteriori de…40 heures !

Nous n’avons pour l’instant aucune idée des modalités d’affectation et des conditions de formation pour les collègues ayant choisi ce projet. La DRH nous a affirmé que rien n’était arrêté pour l’instant et qu’à l’issue des entretiens, elle prendrait contact avec les IPR concernés. Nous suivrons avec attention l’évolution de ce dossier.

Nous avons lourdement insistés pour que ces entretiens se fassent sur la base du volontariat et que les solutions proposées par la DRH soient individuelles, tant au niveau des formations proposées que des disciplines choisies.

Nous demandons à tous les collègues concernés de nous tenir informés de leurs démarches et de contacter le secrétaire d’établissement du SNES.

Nous demandons aux secrétaires de d’établissement du SNES de nous faire remonter les informations à ce sujet et de diffuser ce mail auprès de TOUS les collègues concernés.