Le CTPA (Comité Technique Paritaire Académique) du 28 janvier concernait les structures des établissements dans notre académie, sous la contrainte ministérielle des 121 suppressions de postes (dont 65 postes
transformés en 42120 Heures supplémentaires), des 53 suppressions d’emplois de stagiaires, des suppressions de 47 postes administratifs et la création de 6 postes d’infirmier(e)s dans les établissements.

Perspectives peu réjouissantes pour la rentrée 2008 ! La transformation massive des BAC PRO en BAC PRO 3 ans a été confirmée avec comme corollaire la fermeture d’une grande partie des BEP ! La FSU a dénoncé l’augmentation des HSA au détriment de postes et demandé un moratoire pour 2008 avec l’ouverture d’une négociation sans préalable associant l’ensemble des organisations. (Voir la déclaration complète )

Les lycées supportent une fois encore la majeure partie des suppressions de postes (-70, et – 10 emplois de stagiaires), du fait de la baisse imprévue des effectifs en 2nde à la rentrée 2007. La non restitution des heures de première chaire en heures postes mais en HSA à la rentrée 2007 n’a visiblement pas suffi. Cela conduit à avoir 1,70 HSA par emploi !
Dans les collèges, 22 emplois sont supprimés ainsi que 40 emplois de stagiaires au profit (!) d’une augmentation de 785 HSA pour la rentrée 2008, soit 1,25 HSA par emploi en augmentation de 27% par rapport à
l’an dernier.

Les lycées professionnels perdent 17 emplois, 3 emplois de stagiaires et sont dotés de 353 HSA supplémentaires, d’où un taux de 1,34 HSA par emploi en augmentation de 31% !

Les SEGPA quant à elles, perdent 17,5 emplois du fait du transfert de formations qualifiantes en LP. Le solde restant correspondant à la création de 3 postes en EREA et de mesures d’ajustement (?) pour
2,5 postes.

Actuellement, seuls 37 % des enseignants à temps plein n’ont pas d’HSA et 12,1 % des enseignants sont à temps partiel. La capacité « d’absorption » des HSA par les enseignants est très réduite d’autant que le nombre d’HSA (1,44) par enseignant augmente globalement de30% pour la rentrée 2008 ! La volonté ministérielle de faire travailler plus les enseignants va se heurter à l’impossibilité par les chefs d’établissement d’attribuer toutes les HS (dans le cas où seule 1 HSA est « obligatoire »).

La rentrée scolaire 2008 placée sous ces contraintes ne pourra pas se dérouler dans des conditions acceptables pour les personnels, les élèves et les enseignements à dispenser !

Le SNES Clermont considère que l’augmentation du temps de travail n’est pas acceptable tant en termes de surcharge et de conditions de travail que comme variable salariale ! C’est pourquoi, il organise avec le SNEP Clermont le refus collectif des HSA (voir pages centrales du bulletin académique)

Parallèlement, 318 TZR sur les 646 toutes disciplines confondues de notre académie sont affectés à l’année sur des Blocs de Moyens Provisoires (BMP) ou en remplacement sur des postes fixes et ne sont pas disponibles pour des remplacements de courte durée. Cette pénurie orchestrée par les fermetures drastiques de postes
aux concours atteint une telle ampleur que notre administration académique utilise tous les moyens pour assurer
les cours. Elle cherche à recruter des personnels vacataires (voir le site du rectorat ) en anglais, mathématiques, lettres. Leurs conditions de travail (travail partiel imposé, éloigné du domicile, pas d’indemnité chômage en fin de contrat…) sont tellement précaires que le rectorat éprouve des difficultés à recruter.
Devant ce problème le rectorat, faisant preuve d’une grande imagination a décidé de recruter une néo retraitée dans un établissement
de Clermont ! Cette « gestion » des personnels est inacceptable ! Peut-être le rectorat nous prépare-t-il, à sa manière, à un allongement de la durée de cotisation pour les retraites et donc à une carrière plus longue ?

Le SNES Clermont a envoyé un communiqué de presse aux medias locaux, pour dénoncer ce recrutement.

Le bulletin académique