7 mai 2008

Collège lycées contenus

Suppressions de postes : Le massacre doit s’arrêter et les postes doivent être restitués !

Pour des détails par établissement voir l’article

Ce sont donc au total 178 postes (qui comprennent des CPA, temps partiels, postes d’agrégés, de certifiés, documentalistes...) qui
disparaîtront dans notre académie à la rentrée 2008, dont 65 sont transformés en HSA. Ces suppressions sont supérieures aux
121 suppressions demandées par le Ministère, car le rectorat supprime un poste dès qu’il y a un léger sous service dans une discipline,
et cherche à constituer un « stock » de TZR dans certaines matières...

Plus de la moitié des postes supprimés sont des postes vacants, ce qui peut sembler indolore pour les enseignants restant, mais
qui va avoir des conséquences négatives sur leur enseignement (classes plus chargées, dédoublements et options supprimés...). En
premier lieu, le chantage aux HSA se développe pour assurer les options, conséquence de la transformation de 65 ETP en HSA.
Ces suppressions massives sont basées sur des prévisions d’effectifs par classe bien souvent minorées, voire ne tenant aucun
compte des réalités locales (moins d’élèves en terminale pour la rentrée 2008 que ce qu’il y a actuellement en première pour certains
lycées...). Cela conduit à la fermeture ou à la non ouverture de classes ou de groupes supplémentaires. Malgré les affirmations
du rectorat, rien ne garantit que des moyens provisoires seront attribués en cas de sureffectifs nécessitant l’ouverture de
classes. La faiblesse du recrutement par concours va par ailleurs obliger le rectorat à développer le nombre de personnels
contractuels ou vacataires pour assurer certains enseignements, personnels qu’il a déjà du mal à recruter au vu des conditions de
travail et des salaires déplorables qui leur est proposé.

Lors du CTPA du 27 mars la délégation FSU, dont font partie des délégués SNES, a dénoncé le passage définitif « d’une gestion
qualitative au service d’objectifs éducatifs à une logique quantitative au service d’une stricte économie de moyen ...
...En particulier, rien de l’intérêt des élèves ni des conditions de travail des élèves et des enseignants n’est au coeur de la répartition
des moyens......
Cette DHG malmène les enseignants comme jamais. Au-delà, le rectorat prend la responsabilité de la dégradation du service public et porte atteinte aux intérêts des élèves (l’enseignement technique tertiaire et industriel est particulièrement fragilisé)
... Nous réitérons notre demande de transformation des HSA en Heures postes... »

en pj : bilan des suppressions de postes par département

Texte extrait de la circulaire académique du 2 mai 2008