Malgré les mobilisations qui se succèdent le gouvernement persiste à vouloir imposer les suppressions de postes. Comme vous le savez, une part importante de ces suppressions n’est rendue possible que par l’imposition d’HSA. Imposition qui ne peut dépasser 1 h par semaine par collègue.

Grâce à l’action menée par les sections d’établissements, de nombreux enseignants se sont engagés à refuser d’effectuer plus d’une HSA à la rentrée prochaine. Nous devons continuer pour obliger l’administration à réinjecter des moyens en postes dans les établissements.

La balle est donc dans notre camp, il nous faut faire vivre l’action que nous avons entreprise depuis fin janvier avec « le refus collectif des heures supplémentaires au delà d’une HSA ».

MODALITES D’ACTION

1- Les conseils d’enseignement se réunissent :
- font le constat du potentiel de moyens qui doivent être injectés si les collègues refusent plus les HSA au delà d’une par collègue.
- établissent les services en tenant compte de ces refus et signifient au Recteur par voie hiérarchique, leur revendication pour pallier le manque de moyens (complément de service reçu (BMP), stagiaire...).

2- Chaque collègue signifie au Recteur son refus d’effectuer plus d’1 HSA (modèle ci-joint à transmettre par la voie hiérarchique).

3- La section d’établissement SNES collecte les revendications et les déclarations individuelles de refus d’HS, les transmet à la section académique.

4- La section académique du SNES interviendra jusqu’au 9 juillet(mouvement TZR) et au mois d’août (affectation des stagiaires) pour faire injecter les moyens supplémentaires, dans chaque établissement qui aura transmis ses revendications.