11 février 2010

Carrières métiers catégories

LETTRE OUVERTE A MONSIEUR LE PREFET DE LA REGION AUVERGNE

ORGANISATIONS SYNDICALES DE RETRAITES
CGT – CFDT – CFTC – FGR/FP – FSU – UNSA - SOLIDAIRES
 
Année après année les retraités constatent une baisse continue de leur pouvoir d’achat.

Par exemple en 2008, la moyenne annuelle de l’inflation a atteint 2,8 %.
Les retraites et pensions ont été revalorisées de 1,1 % au 1er janvier 2008 et de 0,8 % au 1er septembre soit 1,36 % de revalorisation en moyenne.

La revalorisation de 0,8 % au 1er septembre se décompose ainsi : 0,2 % au titre de rattrapage pour 2007, 0,6 % au titre d’une anticipation sur l’inflation 2008 plus importante que prévue et en compensation du report du 1er janvier au 1er
avril de la revalorisation 2009.

En 2009 la revalorisation des retraites et pensions a été de 1 % au 1er avril.
Ce report du 1er janvier au 1er avril a fait perdre trois mois de revalorisation aux retraités, revalorisation qui atteint donc 0,75 % sur l’année.

Une simple comparaison donne toute la mesure du décalage entre la revalorisation effective sensée maintenir le pouvoir d’achat des retraités et les augmentations auxquelles ils doivent faire face.

Quelques exemples chiffrés en 2009 :
· Assurances : hausse du tarif habitation entre 2 % et 5 % (difficultés à assumer le loyer ou les charges de
copropriété que les hausses des taxes foncière et d’habitation viennent alourdir)
· Mutuelles : hausse en moyenne de 3,5 % à 4 % (de nombreux retraités ne peuvent plus de payer de complémentaire santé).
· Electricité : hausse de 1,9 % en moyenne
· Gaz : - hausse de 3.09 %
Un exemple ponctuel en octobre 2009 :
· Fruits frais : + 3,6 % , légumes frais : + 6.9 %

La part des dépenses contraintes (logement, assurances, impôts…) est en augmentation constante…
Et pour les retraités, les dépenses de santé représentent une charge importante (11 % de leur budget) :

- hausse du forfait hospitalier de 12,5 %

- déremboursements de médicaments

- dépassements d’honoraires

- reste à charge pour le maintien à domicile en cas de perte d’autonomie

- coût prohibitif des séjours en maison de retraite (1500 € en moyenne)
Le montant de la pension moyenne se situe à 1212 € (DREESS - décembre 2008), 1598 € pour les hommes, 990 € pour les femmes.
Sur les 14 millions de retraités, 4 millions perçoivent le minimum contributif (579,85 € en 2008) et plus de cinq millions entre 800 et 1100 €. La situation des femmes est particulièrement difficile : plus d’une retraitée sur trois perçoit moins de 700 € par mois et une sur deux moins de 900 €.

La pauvreté frappe aussi durement les retraités et personnes âgées. Ils sont 12 % à recourir à l’aide alimentaire La revalorisation des pensions basée sur l’inflation est insuffisante pour maintenir le pouvoir d’achat des retraités.Trop de hausses ne sont pas prises en compte pour le calcul de l’inflation retenue.

Les retraités exigent :

- Une augmentation immédiate d’au moins 300 € du montant total des retraites , en terme de rattrapage.

- La fixation du minimum de retraite au niveau du SMIC

- Le retour à l’indexation des pensions et retraites sur l’évolution du salaire moyen

- Le relèvement de la pension de réversion à 75 % de la retraite initiale

- La revalorisation annuelle des pensions au 1er janvier

Clermont-Ferrand, le 24 février 2010
P.Les Organisations Syndicales de Retraités