14 mai 2014

Collège lycées contenus

Dédoublements en philo : réponses inacceptables du Recteur et du Ministre !

Le lundi 24 mars 2014 les organisations suivantes – SNES, APPEP, SUD, CGT éducation, FO - se sont réunies pour porter au niveau académique les revendications des professeurs de philosophie, à savoir le rétablissement du dédoublement d’une heure en philosophie (dans le cadre d’un horaire national) dans toutes les séries technologiques, et le rétablissement de la quatrième heure en série scientifique. 
 
Nous avions demandé une audience en ce sens au plus tôt auprès de Mme le recteur. L’audience nous a été refusée. Mme le recteur dans son courrier du 4 avril 2014 nous a simplement rappelé les textes en vigueur, et donc qu’il était du ressort des chefs d’établissement que de répartir l’enveloppe de la DHG selon les besoins des EPLE (établissement public local d’enseignement). La réponse du ministre B. Hamon, sollicité au niveau national par les mêmes organisations, en date du 6 mai 2014, ne dit pas réellement autre chose. A nouveau au nom de l’autonomie des EPLE, les conditions de l’enseignement de la philosophie (et d’autres matières par ailleurs) vont être variables d’un établissement à l’autre, au détriment des élèves.
 
La situation s’avère particulièrement scandaleuse sachant que le calcul au plus juste de la DHG par les rectorats contraint les chefs d’établissement à discriminer certaines matières au profit d’autres, engendrant un climat délétère de rivalité entre collègues, et entre établissements.
 
Le SNES-FSU dénonce cette logique, et rappelle son attachement à un cadrage national des dédoublements et à la notion d’un service public de qualité sur tout le territoire.