Une réunion de concertation s’est tenue jeudi 25 juin au ministère sur le projet de circulaire relatif aux missions des CPE. De nombreuses propositions du SNES-FSU ont été reprises, actant des avancées sur la conception même du métier.
 
L’actualisation des missions des CPE va enfin se concrétiser.
Un métier renforcé dans sa dimension éducative 
Les trois domaines de responsabilité sont équilibrées : la contribution à la politique éducative, le suivi de l’élève et l’organisation de la vie scolaire. Tout en reprenant l’esprit de la circulaire de 1982, les missions s’inscrivent mieux dans les contextes d’exercice actuels et dans le référentiel de compétences professionnelles.
Au cours de ces deux années d’échanges, le SNES a été fer de lance de la négociation et force de propositions. Il a veillé à marquer un coup d’arrêt aux dérives managériales qui pesaient sur le métier. 
 
Le temps de travail enfin mis à plat
Par son obstination à se faire l’écho des difficultés rencontrées au quotidien (charge de travail, décomptes horaires fantaisistes), le SNES-FSU a obtenu qu’une partie portant sur les obligations de service lui soit consacrée. La reconnaissance des « 35 heures inscrites à l’emploi du temps" n’est toujours pas acté. Sur cette question, la volonté du SNES-FSU est d’aboutir à l’inscription des 35 heures hebdomadaires à l’emploi du temps des CPE. La question des dépassements a été aussi au cœur des débats. 

La revalorisation de l’indemnité forfaitaire des CPE à la hauteur de la part fixe de l’ISOE des enseignants est en cours de validation et devrait être effective à la rentrée 2015.
 
 
Le SNES-FSU œuvrera avec détermination pour que l’impact de ces avancées améliore le quotidien des CPE par une meilleure reconnaissance de leur missions et de leur temps de travail.
 
La déclaration du SNES-FSU lors de la réunion ministèrielle de concertation du 25 juin 2015 sur le projet de circulaire relatif aux missions des CPE.